parallax background

Elles racontent leur Japon

Les doigts de fées
14 juin 2020
 

Mon livre fut l’occasion de belles rencontres : des libraires, des marcheurs, des japonais, et des gaijin amoureux du Japon. Dans le lot, des auteurs femmes, le Japon dans le sang, investies à faire connaitre leur passion pour ce pays. En résonance avec ma propre histoire, j’ai eu envie de les découvrir plus intimement, de les écouter parler de leur Japon et d’en apprendre plus sur la culture nippone au travers de leur vécu.

Me voilà partie à leur rencontre, stylo et boitier à la main, pleine de curiosité et de joie.

Un reportage au fil de l'eau, publié dans le webzine du soleil levant, Journal du Japon

 

Laetitia Hébert

Laetitia est la créatrice de Folkeshi.com, un site de vente de poupées kokeshi en direct du Japon.

Elle vit en famille aux alentours de Clermont Ferrand, dans une maison contemporaine à l’esthétique nippone. Entourée d’une horde de kokeshi. Des petites, des grandes, des géantes aussi, en solo nichées dans un recoin ou en bande, sagement rangées dans une vitrine. Elle me raconte son aventure au Japon, sa passion pour ces poupées de bois, pour la musique et pour les livres.

Une rencontre coup de coeur. Pour preuve, je suis repartie avec deux sublimes poupées en bois sous le bras.

L'interview de Laetitia est à lire ici.

Joranne

Joranne est graphiste, illustratrice et blogueuse.

Elle habite Lyon, un grand appartement lumineux, qu’elle partage avec sa coloc et son chat. Partout, des livres et des objets du Japon, aux murs, par terre, sur les étagères. Un joyeux capharnaüm bien organisé.

Nous partageons un thé et une part de galette, au chaud autour du kotastu, assises sur un tatami chiné sur le boncoin. Un moment sympa, à parler Japon, voyages et…. vieux appareils photo, son autre passion..

L'interview de Joranne est à découvrir ici.

Valérie Duvauchelle

Valérie est tenzo, nom donné au moine en charge de la cuisine des temples bouddhistes au Japon.

Elle a vécu plusieurs années au pays du soleil levant, dont plus de dix à côtoyer les cuisiniers des temples. Semi-nomade, sa base est un petit village du Morbihan dans une communauté familiale.

Nous avons passé une journée toute simple, à boire un thé dans ses lieux d’écriture, cueillir les légumes du jardin, cuisiner et déjeuner en famille, avec vue sur le jardin des Oiseaux et les ânes du voisin. Une journée gourmande, à savourer l’instant présent, à échanger sur le zen, la cuisine des temples et à rêver d’un monde plus solidaire. Dans la joie, les éclats de rire et beaucoup d’humanité. Je suis repartie le cœur enrichi avec la folle envie de découvrir plus intimement la cuisine de la bienveillance .

Découvrez l'interview de Valérie ici.

Edith Silva

Edith est graphiste, artiste et poète.

Elle habite Lyon, dans un mignon appartement au bon goût du Japon qui lui sert aussi d’atelier. Attablées au kotatsu, fesses par terre, un thé vert à la main, nous parlons du Japon bien sûr, mais aussi de poésie, du métier d’artiste, de littérature, de graphisme. Et de gens, d’histoires de vie, de nos envies respectives.

Une belle après-midi d’hiver, au doux son de musiques nippones. Pour la photo, il manquait le soleil. Pas grave, je suis revenue.

L'interview d'Edith est à lire ici .

Elsa Brants

Elsa est mangaka, elle vit à Sète dans la maison de son enfance, sur la colline qui domine la mer.

Les mangas, c’est pour elle une affaire de famille : un mari qui fait le même métier et deux enfants acquis à la cause. Autant le dire, il y en a partout, du sol au plafond, même dans des cartons quand la place vient à manquer. Son bureau a un air de déjà vu, des étagères remplies de mangas, de figurines japonaises et de souvenirs de d’expos, une grande télé, et une belle vue sur le jardin sauvage habité par un écureuil gourmand.

J’ai été charmée par sa gentillesse, sa légèreté et son accent chantant. Une après-midi lumineux à parler du Japon, de dessin, du métier d’auteur et surtout, du bonheur de faire ce que l’on aime.

Découvrez l'interview d'Elsa ici.

Julie Proust-Tanguy

Julie me reçoit dans son petit pavillon de banlieue parisienne. Dès l’entrée, je suis plongée dans une ambiance studieuse où le Japon et les livres cohabitent joyeusement.

Elle me raconte les passions qui nourrissent son quotidien d’autrice et d’enseignante, le Japon bien sûr, mais aussi l’antiquité Antiquité, les pirates, les sorcières, la littérature et sa plantation d’érables.

Son enthousiasme est si débordant qu’en rentrant, je suis passée à la librairie Le Renard Doré. Une interview pleine de joie et de sincérité.

Mon entretien avec Julie est à lire ici .

Véronique Brindeau

Véronique enseigne l’histoire de la musique et des arts de la scène japonais à l’Institut national des langues et civilisations orientales (l’INALCO) à Paris. Elle est également traductrice et autrice de textes poétiques sur les fleurs, les mousses et les jardins japonais.

Le rendez-vous était pris dans une bibliothèque parisienne où elle écrit le plus souvent. Au vu du contexte actuel, c’est finalement dans son appartement de Belleville que nous nous sommes retrouvées. Par un après-midi d’automne teinté de pluie et de grisaille.

Une rencontre lumineuse, toute en retenue et douceur.

Découvrez Véronique ici.

Camille Monceaux

Rencontrer Camille, c’est comme prendre un grand bol d’air frais, un moment d’évasion dans le temps, au Japon et sur les routes du monde.

Camille est une jeune romancière, son premier livre Les Chroniques de l’érable et du cerisier est paru l’été dernier chez Gallimard Jeunesse, un rêve d’enfance.

Une écrivaine nomade, qui aime le thé, la cuisine japonaise et les grands espaces.

Féministe et militante convaincue, elle me partage ses envies et ses secrets d’autrice. Et m’explique que l’écriture chez elle, c’est un peu une affaire de famille.

Mon entretien avec Camille est à retrouver ici.

Véronique Le Normand

Je retrouve Véronique dans sa maison en plein cœur de Paris, par un bel après-midi d’hiver.

Nous discutons Japon et énergies au coin du feu, un bol de thé à la main.

Elle a découvert le Pays du Soleil levant il y a une vingtaine d’années, via le Jin Shin Jyutsu, une médecine ancestrale japonaise d’auto-guérison par le toucher. Le Jin Shin Jyutsu est encore peu connu en France, contrairement au Shiatsu ou au Reiki.

Alors rencontrer Véronique, c’était une double découverte, que je partage ici avec vous.

Découvrez Véronique ici.

Anita Henry

Anita collectionne les kimonos comme d’autres collectionnent les timbres.

Un chemin vers la beauté et le temps ralenti, ponctué par des cérémonies du thé et le tir à l’arc japonais.

Elle me reçoit chez elle à Toulouse, en kimono, puis m’amène visiter le jardin japonais en centre-ville. Nous y partageons des bentos achetés non loin de là dans sa cantine nippone. Elle me parle de kimonos, de son livre et de ses rêves de Japon.

Une rencontre inspirante, à la découverte de l’univers fascinant du kitsuke, l’art de se vêtir d’un kimono.

Mon entretien avec Anita est à retrouver ici.

Valérie Douniaux

Valérie est autrice, éditrice et bien plus encore.

C’est une spécialiste de l'art japonais moderne et contemporain, passionnée de recherche, de thé, de littérature…. et de points-virgules !
Nous échangeons autour d’un thé, sur la terrasse de son bureau parisien. Entourées de livres sur le Japon et d’œuvres de l’artiste Takesada Matsutani pour qui elle travaille.

Elle me parle de son parcours et de ses expériences, d’esthétique japonaise, de ses projets.

Un entretien à la saveur douce et ronde du hôjicha que nous buvons, baignées par les rayons d’un soleil printanier.

Découvrez le portrait de Valérie ici.

Frédérique Dumas

Frédérique me reçoit dans sa maison du bout du monde, en plein cœur de l’Ardèche.

Elle me raconte sa passion pour la nature et les jardins japonais. Je découvre grâce à elle le monde de la culture niwaki et l’art de la taille des arbres. Et me surprends, en visitant son jardin, à regarder la nature différemment, inspirée par ses connaissances et son énergie lumineuse.

Une rencontre aux vertus thérapeutiques, qui donne envie de se plonger dans ses livres à la recherche de l’âme du jardin japonais

Mon entretien avec Frédérique est à retrouver ici.

Aline Faucheur

Aline Faucheur est une pionnière du kobido, un massage facial japonais qu’elle a contribué à diffuser en France.

Rendez-vous pris en fin de journée, dans le nouveau salon familial caché au fond d’une cour en plein cœur du Paris. Elle me raconte son aventure avec le kobido et me partage sa fascination pour cette approche du visage aux vertus magiques.

Une rencontre intime, dans la lumière et la douceur, sous le regard complice de sa fille Othilie, désormais maître à bord avec sa sœur.

Le portrait d'Aline, c'est ici.

Caroline Segarra

Caroline Segarra alias Kaorinchan aime partager sa passion du Japon. Elle est sur tous les fronts sur la toile comme sur le câble. Tour à tour, streameuse, animatrice, chroniqueuse, influenceuse, actrice, productrice, c’est une femme pressée qui ne compte pas ses heures.

Nous nous retrouvons au Aki Café en plein quartier japonais à Paris, autour d’un macha latte, son autre péché mignon.

Une rencontre gourmande et passionnée, dans les coulisses de l’univers du stream.

Mon portrait de Caroline est à retrouver ici.

Sandrine Garbuglia

Sandrine Garbuglia est une enfant de la balle qui baigne dans les histoires depuis son plus jeune âge. Avec son conteur de mari, Stéphane Ferrandez, elle sillonne le monde pour faire découvrir le rakugo au public francophone. Elle écrit et adapte les histoires drôles transmises par les maîtres japonais auprès desquels ils se sont formés.

Nous nous retrouvons début novembre à la Maison de la Culture du Japon à Paris, pour la première de leur nouveau spectacle, Matsuri, contes des fêtes japonaises. Un moment de partage rempli de rires et de chaleur, à parler sérieusement d’un Japon qui ne se prend pas au sérieux.

Le portrait de Sandrine est à lire ici.

Pascale Senk

Pascale était pour moi une personnalité incontournable dans l’univers du haïku en France, la rencontrer m’a remplie de joie.

Par un gris matin d’hiver, nous voilà à parler de ces petits poèmes, de littérature et de Japon. A partager nos expériences de lecture et d’écriture. A évoquer le haïku comme un art de vivre et de présence à soi.

Une plongée passionnante dans l’univers des haïkistes, une rencontre poétique et inspirante, tant et si bien que ces nanopoèmes reviennent à moi depuis.

Mon portrait de Pascale est à retrouver ici.

Chantal Jaquet

Chantal Jaquet est une philosophe éprise de culture japonaise qu’elle s’efforce de comprendre au travers de son exploration du Kōdō, la voie des fragrances, un art traditionnel oublié. 

Bercée par une douce senteur d’encens, j’ai été portée par la poésie de ses mots et sa sensibilité à sonder l’âme japonaise en parlant du Kōdō.

Une rencontre dans l’instant, à la découverte d’un Japon méconnu qui a beaucoup à nous apprendre.

Le portrait de Chantal est à découvrir ici.

Isabelle Boinot

Isabelle aime le graphisme et les livres japonais. Autrice et illustratrice, elle travaille à cheval entre la France et le Japon, où elle s’est fait une place en tant qu’artiste.

A l’occasion de la sortie de son livre Otoshiyori, trésors japonais, elle me raconte sa passion pour les anciens et son envie de montrer le Japon d’avant.

Un échange haut en couleurs, autour d’un bol de matcha, quelque part dans un café de la capitale.

Mon portrait d'Isabelle est à retrouver ici.

Liza Maronese

Je retrouve Liza à la pâtisserie parisienne de son amie d’enfance, celle par qui le Japon est entré dans sa vie. 

Entre un matcha et une tarte au shiso, elle me parle de sa passion du Kansai et de son plaisir à partager son expérience au pays du soleil levant. Installée à Paris, Liza vit le Japon en pointillés, au fil des opportunités et des rencontres. L’écriture, des formations en entreprise et un tout nouveau site de vente en ligne : www.taoru.fr. 

Un moment sans chichi, à parler de ses joies et de certaines déconvenues avec le Japon.

Le portrait de Liza est à lire ici.

Maïa Aboueleze

Maïa est taikoka. Percussionniste, elle manie les baguettes du tambour japonais avec ferveur et passion depuis quinze ans. De son apprentissage dans une école à Tokyo, elle a fait un récit drôle et percutant qui se lit d’un œil et d’une oreille.

Une rencontre un brin déjantée en plein cœur de Bruxelles, à partager avec complicité notre amour du Japon.

Mon portrait de Maïa est à retrouver ici.

Natasha Jushko Helou

J’ai découvert Natacha au hasard des réseaux sociaux, lors de la sortie de son ouvrage sur le Lean, le nom donné par les Américains au Toyota Production System (TPS). Elle y défend un retour à la démarche originelle telle que pensée par ses inventeurs. 

Rencontrer Natacha était une belle occasion de parler Japon et monde de l’entreprise. Direction Bruxelles, où elle a posé ses valises depuis quelque temps. Une rencontre enthousiasmante avec une grande curieuse des cultures du monde.

Le portrait de Natacha est à lire ici.

Isabelle Nishikawa

Avec les Éditions d’Est en Ouest qu’elle a créées en 2015 au Japon, Isabelle s’attache à faire connaître en France la littérature populaire japonaise de notre temps.

Ses yeux s’illuminent à l’évocation des auteurs qu’elle édite, et c’est le sourire aux lèvres qu’elle pitche chacun des sept livres de son catalogue.

Un rendez-vous printanier à Saint Germain en Laye, en région parisienne, au Quai des Possibles, un espace de coworking où Isabelle a ses habitudes. Un moment tout simple à parler du Japon, de littérature et des coulisses de son métier d’éditrice indépendante.

Mon portrait d'Isabelle est à retrouver ici.

Sandrine Chabre

Sandrine Chabre est historienne, elle aime raconter la vie de gens perdus dans l’histoire.

Il y a cinq ans, elle est partie sur les traces de Léon Dury, natif de son village provençal et pionnier dans les échanges entre la France et le Japon au dix-neuvième siècle. Tombée en amour pour le personnage, elle partage dans son dernier livre l’incroyable destin de cet homme oublié par la France.

Rencontre avec une grande curieuse, impatiente de s’envoler à son tour vers le pays du soleil levant.

Le portrait de Sandrine est à découvrir ici.

Corinne Atlan

Rencontrer Corinne Atlan, c’est naviguer dans les flots de l’écriture et de la littérature japonaise, qu’elle raconte comme personne d’autre.

Après de longs mois d’échanges, je la retrouve dans son refuge français, quelque part dans la forêt de Fontainebleau. Nous buvons un hojicha et elle me parle de sa longue carrière en littérature, de ses expériences d’Asie et de Japon. 

Un moment de pur délice, j’en suis repartie avec une longue liste de lectures.

Mon portrait de Corinne est à retrouver ici.

Angélique Mariet

Angélique alias TOKIMEKI est traductrice et créatrice de contenus sur le Japon. Elle a surtout été ma prof de japonais pendant quelques mois.

Je la retrouve chez elle à l’occasion de la sortie de Susume !, sa méthode pour apprendre le japonais. Avec enthousiasme et sincérité, elle me parle de ses passions et de ses rêves de vie.

Une rencontre solaire avec une jeune femme brillante au parler bien trempé.

Le portrait d'Angélique est à lire ici.

SOPHIE LAVAUR